Coach immobilier : peut-il vous aider à concrétiser votre projet d’achat ?

Vous souhaitez acheter un appartement ou une maison et n’arrivez plus à avancer dans votre projet ? À l’image des coachs de vie et des coachs sportifs, vous avez peut être songé à faire appel aux services d’un coach immobilier. Quelques recherches su...

L'après-Covid : quelle reprise du marché immobilier à Paris ?

Si le confinement a entraîné le report de nombreux projets de ventes et d’achats immobiliers, l’effondrement du marché prédit par certains experts n’a pas eu lieu. Acquéreurs et vendeurs ont fait un retour en masse dès la fin du confinement, le secte...

Si le confinement a entraîné le report de nombreux projets de ventes et d’achats immobiliers, l’effondrement du marché prédit par certains experts n’a pas eu lieu. Acquéreurs et vendeurs ont fait un retour en masse dès la fin du confinement, le secteur de l’immobilier faisant actuellement l’objet d’un phénomène de rattrapage. Certains acheteurs se montrent toutefois prudents et préfèrent patienter dans l’attente d’une éventuelle baisse des prix à moyen terme. Pourtant, en région parisienne et dans la plupart des grandes villes de France (Lyon, Lille, Bordeaux…), le niveau des prix et les tensions sur le marché immo se maintiennent. Leader de la chasse immobilière à Paris et en première couronne, Je Rêve d'une Maison analyse depuis plusieurs mois l’impact de la crise du Covid sur les projets des acquéreurs et a organisé un webinar spécial Reprise Immobilier le vendredi 12 juin. Retour sur ses principaux enseignements.

Visionnez le replay de ce webinar spécial Reprise Immobilier

Live 12juin-3

Crise du Coronavirus : 90% des acquéreurs maintiennent leur projet d’achat immobilier

Il s’agissait de l’une des principales craintes de certains professionnels du secteur : le marasme économique et social consécutif à la crise sanitaire entraînerait le retrait des acquéreurs et l’effondrement du marché. Mais loin des scénarii alarmistes, les Parisiens qui recherchaient activement un bien immobilier avant le 17 mars ne se sont pas démotivés.

Si certains ont vu leur pouvoir d’achat se réduire (chômage, pertes en bourse qui ont fait fondre les apports placés dans les banques...), seuls 10% des acquéreurs parisiens ont décidé de totalement interrompre leurs recherches en mai.

Parmi les acheteurs qui n’ont pas renoncé à leur projet, deux groupes se distinguent dans cette phase de reprise immobilière :

  • une grande majorité (61%) souhaite trouver le logement de ses rêves au plus vite ;
  • une minorité (29%) préfère attendre encore un peu.

A la question : "Maintenez-vous votre projet d'achat ?"

Projet-achat-ok2

Projet-achat-ok1

Reprise de l’immobilier : les attentes et préférences des acquéreurs ont évolué

La crise du Covid et le confinement ont eu quelques impacts sur les attentes des acheteurs franciliens. 38% ont revu leurs priorités en matière de prestations, certains élargissant même le spectre géographique de leurs recherches.

Les espaces extérieurs ont le vent en poupe !

Sans surprise, les Parisiens ont redécouvert l’importance de disposer d’un espace extérieur pendant le confinement. Depuis le 11 mai, le balcon, la terrasse et le jardin arrivent en tête des prestations les plus prisées des acquéreurs ayant révisé leurs attentes !

L’essor du télétravail et la nécessité de disposer d’un chez soi agréable ont également boosté les recherches d’appartements lumineux et/ou ensoleillés, moins exposés aux nuisances sonores et/ou comptant une surface habitable plus importante.

A la question* : "Vos critères ont-ils évolué ?" 

criteres-prestation-ok1

* Plusieurs réponses possibles

criteres-prestation-ok2


Le retour en grâce de la banlieue 

L’engouement pour les espaces extérieurs a un autre impact : 11% des Parisiens qui recherchaient un appartement avant le confinement ont élargi leurs recherches aux maisons.

20% d’entre eux sont même désormais prêts à passer le périphérique, les maisons avec jardins étant naturellement plus nombreuses dans les communes de première couronne qu’à Paris.  

A la question : "Allez-vous changer votre projet ?" 

Type-bien-ok1

Type-bien-ok2


A la question : "Allez-vous élargir votre zone de recherche ?" 

Zone-geo-ok1

Zone-geo-ok2


Évolution des prix au m2 et de leur pouvoir d’achat : sources d’hésitation pour les acquéreurs

La reprise de l’immobilier est bien là. La crise immobilière que certains présentaient comme inévitable en France dès la levée du confinement n'a finalement pas eu lieu. Si certains acquéreurs préfèrent temporiser et repousser leur projet dans l’attente d’une hypothétique baisse des prix, ils demeurent une minorité et se rencontrent principalement dans les ménages dont le pouvoir d’achat a diminué depuis le début de la crise sanitaire.

Reprise de l'immobilier : pas de baisse des prix à court terme

Près d’un acquéreur sur deux interrogé début mai espérait dénicher de belles opportunités de prix sur le marché immobilier post-covid.

Plusieurs acteurs économiques anticipent même une diminution des prix au m2, à l’image de l’agence de notation américaine Standard and Poor’s qui prévoit une baisse de 1,4 % en France en 2020.

Au risque d’en décevoir certains, aucune baisse de prix n’a pourtant été constatée ces derniers mois et semaines. Pour Éric Chatry, co-fondateur de Je Rêve d’une Maison “les prix affichés et les offres faites avec nos clients au mois de mai restaient à des niveaux similaires à ceux constatés depuis janvier”.

Preuve que la tendance n’est pas à la baisse, le prix moyen au m2 a augmenté de 0,4% à Paris entre juin et juillet 2020, voire davantage dans certaines villes (+ 0,7% à Lyon et Nice, + 0,8% à Lille…).

Enfin, selon la Banque de France, la reprise économique serait plus rapide que prévu, éloignant un peu plus le spectre d’une baisse des prix marquée ou d’un effondrement du marché immobilier.

Crise sanitaire : les impacts sur le pouvoir d’achat de certains acquéreurs

Dans l’ensemble, la crise économique semble pour l’instant peu peser sur les ménages parisiens, 71% d’entre eux ayant maintenu le même budget d’achat... et 5% l’ayant même revu à la hausse.

L’évolution de la situation personnelle de certains acquéreurs (perte d’emploi, chute des cours qui ont fait fondre certains apports immobiliers…), le durcissement des conditions d’obtention d’un prêt et la légère hausse des taux des crédits immobiliers constatée, ont cependant conduit 11% d’entre eux à baisser leur budget d’achat. Les effets de la crise économique semblent donc limités pour le moment et affectent principalement les ménages les plus modestes et les primo-accédants.

Dans les prochains mois, l’évolution de la courbe du chômage et la vigueur de la croissance économique auront naturellement un impact sur la santé du marché immobiliers et les projets d’achats des ménages.

De même, l’évolution des taux de crédit immobilier sera surveillée de près. La plupart des analystes tablent sur une augmentation progressive jusqu’à environ 2% en fin d’année, après avoir atteint un plus bas historique à 1,17% en janvier. Ces prévisions pourraient toutefois être légèrement pessimistes, la Banque de France ayant constaté une baisse surprise du taux moyen en juin 2020 (1,25% contre 1,31% en mai).

A la question : "Allez-vous modifier le budget de votre acquisition ?" 

Budget-ok1
Budget-ok2

Reprise de l’immobilier : de belles opportunités à saisir… à condition de savoir les dénicher !

Chasseurs immobiliers, agences et autres professionnels du secteur s’accordent pour évoquer un phénomène de rattrapage du marché immobilier depuis mai. Dans ce contexte économique et social inédit, les acquéreurs ont de leur côté parfois un peu de mal à y voir clair.

Fort rebond du nombre de mises en vente post covid

Si la crise sanitaire et le confinement ont mis le marché immobilier à l’arrêt pendant deux mois, avec un minimum de seulement 190 nouveaux biens mis en vente la semaine du 6 avril (source ImmoScanTM), les vendeurs sont de retour ! Signe d’une reprise de l’immobilier “durant les 4 premiers jours suivant le déconfinement, 1.300 biens ont été mis sur le marché !” note Éric Chatry.

Autre point positif : un tiers des biens actuellement mis en vente compte un balcon et une terrasse, des caractéristiques plus prisées que jamais des acquéreurs.

Face à l’afflux de nouvelles annonces et la concurrence (un peu) réduite due au retrait d’un petit nombre d’acheteurs, l’offre immobilière est actuellement exhaustive et cache quelques pépites !

Reprise immobilier : les acquéreurs ont besoin d’être accompagnés

Si les acquéreurs ont actuellement plus de choix, certains peinent à s’y retrouver. Près d’un quart d’entre eux craint même de ne pas acheter au bon prix !

Dans ce contexte parfois peu lisible, les acheteurs expriment un besoin d’accompagnement pour faire le tri, prioriser les visites d’appartements et de maisons et être bien conseillés pour se positionner sur un bien ou tenter une négociation. Un phénomène confirmé par Éric Chatry : “nous enregistrons une hausse des demandes d'accompagnement provenant d’acquéreurs hésitant à se lancer seuls dans leur projet d'achat immobilier”.

A la question : "Que pensez-vous de la baisse de prix annoncée ?" 

Baisse-prix-ok1

Baisse-prix-ok2

-

Parlez-nous de votre projet

 

FAQ : Vos questions sur la reprise de l’immobilier

Peut-on vraiment parler d’une reprise de l’immobilier ?

Après un coup d’arrêt des transactions immobilières pendant la période de confinement, les professionnels du secteur notent un important phénomène de rattrapage. Depuis le 11 mai, le nombre d’appartements et de maisons mis en vente atteignent des sommets. Côté acquisition, 61% des acheteurs qui disposaient d’un projet d’achat pré-Covid souhaitent trouver un bien immobilier au plus vite.

Les prix de l’immobilier ont-ils baissé depuis la fin du confinement ?

Signe d’une reprise de l’immobilier, les prix moyens au m2 n’ont pas baissé depuis le 11 mai. Au contraire ! Dans les zones tendues comme Paris et la première couronne ou certaines grandes villes de France (Lyon, Nice, Lille…), les prix ont même encore augmenté entre juin et juillet 2020.

Les prix vont-ils baisser dans les prochains mois ?

La tendance à la stabilité, voire à la hausse des prix de l’immobilier actuellement constatée, a peu de chances de s’inverser dans les prochains mois. D’abord car le déséquilibre entre acheteurs et vendeurs n’est pas prêt de se résorber et maintiendra une tension sur le marché pendant encore longtemps, notamment à Paris et dans les autres grandes métropoles. Au niveau global, la reprise économique semble également plus rapide qu’initialement annoncée, réduisant encore un peu plus les risques d’effondrement de l’immobilier.

Marché immobilier : la concurrence entre acquéreurs s’est-elle réduite ?

Si une minorité d’acquéreurs préfère rester patiente dans l’attente d’une peu probable baisse des prix, ces derniers demeurent en surnombre par rapport aux vendeurs. La concurrence restera donc rude pour les candidats à l’achat qui devront jouer des coudes pour voir leurs dossiers choisis par les propriétaires au moment de faire une offre.

Crédit immobilier : les taux d’intérêt vont-ils augmenter ?

Si le taux moyen des crédits immobiliers étaient en légère hausse avant la crise du Coronavirus, ils demeurent à des niveaux historiquement bas. Après une première augmentation en avril pour s’établir à 1,31%, il est légèrement redescendu en mai à 1,25% selon la Banque de France. Malgré cette baisse inattendue, il est probable que les taux augmentent progressivement en 2020 pour avoisiner les 2% en fin d’année.

Est-il plus difficile d’obtenir un crédit immobilier ?

La petite hausse du taux moyen constatée pèse sur la capacité d’achat des ménages. Les conditions d’octroi des crédits immobiliers se sont dans le même temps resserrées depuis mai 2020, notamment pour les primo-accédants et les emprunteurs les plus modestes dont le taux d’endettement avoisine les 33%.

Reprise immobilier : qu’est-ce qui a changé depuis le 11 mai ?

L’une des principales nouveautés de cette reprise immobilière concerne l’évolution des préférences des acquéreurs qui recherchent plus que jamais des biens avec des espaces extérieurs et de la luminosité et sont davantage prêts à traverser le périphérique pour trouver un bien correspondant à leurs critères.

Comment être certain qu’il s’agit du bon moment pour acheter un bien immobilier ?

Prix stables voire en légère hausse, nombreuses offres de biens immobiliers en vente, concurrence légèrement réduite entre acquéreurs, taux d’intérêt toujours modérés… Plusieurs signaux sont au vert pour les acquéreurs !

Acheter un appartement ou une maison dans le contexte post-Covid : qui peut me conseiller ?

Experts du marché immobilier, les professionnels du secteur constatent une hausse des demandes d’accompagnement et de conseil depuis la fin du confinement. Les chasseurs immobiliers qui sont à l’acheteur ce que l’agence immobilière est au vendeur représentent un allié de poids pour mieux décrypter le marché et se positionner dans un contexte inédit. N'hésitez pas à faire appel à ceux de Je Rêve d'une Maison ;)

Articles similaires :

Baisse des prix de l'immobilier à Paris post Covid : est-ce le cas ?

Conséquence des répercussions de la crise sanitaire sur la sphère économique, près d’un acquéreur parisien sur deux s’at...

Covid-19 : dans les coulisses des agences immobilières

Depuis le début du confinement, le marché immobilier est en pause. Si le nombre de transactions a chuté en raison du rep...

Coronavirus : 12 questions à se poser pour votre achat immobilier

Depuis le début de la crise sanitaire et l’entrée de la France en phase de confinement le 17 mars, le marché immobilier ...