Choisir de se faire aider pour un projet immobilier est une décision importante que l'on prend souvent après mûre réflexion et une première expérience douloureuse avec le marché immobilier. Car ajouter des coûts à son projet d’achat ne peut s’envisager que si la valeur ajoutée du chasseur est réelle et distinctive. Or, c’est un métier neuf et peu connu qui reste difficile à appréhender pour un acquéreur. Comment éviter alors de se tromper et de perdre encore plus de temps ? Quels sont les critères pour trouver le chasseur qui vous correspond vraiment ? Petite revue en 10 questions.

 

Peu de gens savent ce qu’est un chasseur immobilier.

Pour certains, c’est la version immobilière de la chasse de tête plus connue. Pour d’autres, qui connaissent vaguement un ami passionné de déco qui cherche pour d'autres amis, c’est plus un métier d’appoint. Enfin, pour les passionnés de Stéphane Plaza sur M6, c’est le même métier qu’agent mais en plus sympa !

En fait ce n'est rien de cela. Pour vous aider à mieux comprendre, voici d'ailleurs 10 bonnes raisons pour prendre un chasseur....et 10 bonnes raisons pour NE PAS prendre un chasseur. Mais si vous êtes décidé et qu'il vous faut maintenant choisir le chasseur qui vous correspond, assurez-vous de lui poser les bonnes questions.  

 

Voici les 10 pistes à explorer en détail pour faire le bon choix

 

#1 Track record. 

Combien de projets réussis dans les 6 derniers mois, quel taux de succès, quelle vélocité ?

Demandez à votre candidat chasseur les résultats des 6 derniers mois. S'il n'a pas fait plus de 6 projets réussis, ce n'est pas un bon signe. Questionnez-le sur le taux de succès de ses projets (il doit être proche de 80%). De même, sachez le temps moyen mis à transformer un projet. S'il se compte en mois, inquiétez-vous de la réelle dynamique et de l'intensité. 

Chez Je Rêve d'une Maison, nos chasseurs réussissent 80% des projets entre 30 et 40 jours, et chaque chasseur réussit entre 1 et 3 projets par mois. 

 

#2 Culture & Valeurs.

Quel rapport à la transparence, l’efficacité, l’agilité, la fiabilité, le challenge ?

Comprendre le référentiel de valeurs personnelles du chasseur et la culture de son agence est fondamental. Assurez-vous que la transparence en fait bien partie : lorsqu'il s'agira de vous proposer des biens, de vous conseiller ou de négocier, cela doit être une évidence. Parfois, une culture "trop commerciale" risque de vous pousser à faire une offre sur un bien particulier pour des raisons cachées. N'ayez aucun doute ou arrière pensée sur la sincérité du conseil. 

Chez Je Rêve d'une Maison, toutes nos valeurs sont affichées dans les bureaux et portées par les équipes. Parmi celles-ci : "Don't sell, solve problems". Nos chasseurs ne vendent rien, ils résolvent les problèmes de nos clients acquéreurs.  

 

#3 Equipe.

Y-a-t-il un facteur équipe, une démultiplication des efforts ou est-ce plus un travail en solo ?

Le plus souvent, un chasseur traditionnel travaille seul, depuis chez lui. Il existe certes quelques réseaux de chasseurs indépendants non salariés comme Home select ou Perle Rare. Les chasseurs se rencontrent alors quelques fois dans le mois mais l'essentiel du travail se fait en solo depuis son domicile. Demandez-lui comment il s'organise, comment il tire parti d'une équipe ou pas. 

Chez Je Rêve d'une Maison, tous nos collaborateurs home Catcher sont salariés en CDI. Ils travaillent dans notre bureau au 52 rue du faubourg Poissonnière avec le reste de l'équipe technique et les fondateurs. C'est une vraie force de frappe sur le marché et une garantie de qualité. 


 

#4 Ecosystème.

Quelle qualité des réseaux, des partenaires, image du marché ?

Un bon chasseur immobilier doit avoir de très bons réseaux : de courtiers, de maîtres d'oeuvre, d'architectes, de notaires notamment. Cela peut être très utile pour un client acquéreur. Bien sûr également d'agents immobiliers, car il s'agit de trouver des biens rares et d'être le premier à visiter. Attention néanmoins : un chasseur peut avoir des accès privilégiés avec certains agents, mais il ne doit en préférer aucun, au risque de ne plus être objectif dans son conseil. Ce qui compte, c'est le bien, pas l'agent. 

Assurez-vous donc que votre chasseur et sa structure aient une bonne notoriété et crédibilité sur le marché afin d'ouvrir des portes. Le taux de succès et le nombre de projets réalisés sont les deux indicateurs clés qui construisent l'image et la force de l'écosystème du chasseur. 

  

#5 Clarté du service.

Est-ce que le service est clair, la valeur attendue comprise des deux côtés ? 

Soyez sûr de ce pour quoi vous payez. Souvent, "vendre" l'accès au "off market", c'est à dire aux biens qui ne sont pas publiés, est une promesse de chasseur séduisante et trop facile. Mais elle masque une réalité tout autre : celle des  7 secrets du marché caché que vous devez savoir d'urgence avant de vous lancer.

Demandez plutôt au chasseur comment il compte faire pour proposer des biens que vous ne pourriez pas trouver vous même et pour avoir une réactivité supérieure à la vôtre. 

Discutez aussi avec lui de la vraie valeur ajoutée des prévisites qui font souvent partie du "package" des chasseurs traditionnels...et des coûts. Car sur un marché tendu où il n'est même pas envisageable de pré-visiter un bien sans l'acheteur, l'intérêt est très faible. Si c'est pour ne visiter que des biens qui "trainent" sur le marché, challengez-en l'intérêt. De même, questionnez la valeur des rapports écrits de visite quand le vrai intérêt est de visiter des biens intéressants, pas de lire des rapports.

Chez Je Rêve d'une Maison, nous passons beaucoup de temps à expliquer à nos clients le process, le service afin que tout soit très clair et cohérent. Nous avons beaucoup de technologie pour gagner du temps et ne perdons pas de temps par ailleurs sur des tâches sans valeur ajoutée pour nos clients. Nous n'avons pas besoin de justifier un coût élevé.

 

#6 Outils & process.

Est-ce optimisé pour plus d’efficacité et d’efficience ?

Sans outil spécifique, un chasseur n'est pas plus capable que vous de trouver des biens intéressants. Sauf à penser que le off market est un canal majeur de sourcing... ce qui est une légende urbaine. L'essentiel des biens intéressants doit donc être trouvé en étant plus réactif et plus exhaustif que les autres acheteurs. Or, avec les mêmes alertes, les mêmes sites, il n'y a aucune raison pour que le chasseur soit plus efficace. Assurez-vous aussi au delà des outils que le chasseur ait le niveau d'énergie, de dynamisme et la tension vers la performance qui est indispensable. 

Chez Je Rêve d'une Maison, les chasseurs immobiliers disposent d'un outil unique développé en interne qui leur permet d'avoir en temps réel les biens pertinents sur la totalité du marché immobilier. 

 

#7 Expertise.

Quelle est l’expérience du chasseur en terme d’immobilier et de service ?

La connaissance d'un secteur ou d'un type de bien est souvent un vrai avantage. Connaître les rues intéressantes, les quartiers d'avenir, les plans qui marchent, déceler un potentiel dans un bien... tout cela nécessite une expertise et un savoir faire précieux. De même que connaître le processus d'achat en détail et avoir vécu plusieurs transactions de A à Z. 

Chez Je Rêve d'une Maison, tous nos home catchers sont des passionnés et ont développé des expertises poussées sur des zones géographiques ou des typologies de biens.

 

#8 Qualité d’écoute.

Vous sentez-vous compris, en confiance ?

L'écoute est un critère majeur d'évaluation d'un bon chasseur. Trop souvent, des expériences négatives avec des chasseurs surviennent quand l'acquéreur ne se sent pas compris et a l'impression que son chasseur lui envoie ce qu'il a (comme un agent) ou ce qui lui plait à lui ! 

Mais attention, bien écouter ne veut pas dire faire tout ce que l'acquéreur demande. Le plus souvent, l'écoute permet de comprendre ce qui n'est pas dit, de détecter des a priori, de débloquer des critères et de mieux prioriser. L'écoute doit être au service du conseil. Sinon, ce n'est pas de la chasse, c'est de la conciergerie de luxe ! Et cela ne sert à rien. 

#9 Intensité, dynamisme.

Pianissimo, piano, forte ou fortissimo ?

Savoir quel tempo l'on souhaite donner à son projet permet de choisir le bon chasseur. Un projet d'opportunité pour un acquéreur sans aucune urgence conviendra à certains chasseurs en mandat simple. Dans les faits, cela s'apparentera à un agent immobilier. 

Un projet urgent qui doit aboutir dans un délai de quelques semaines ou mois nécessite une approche toute différente. 

Chez Je Rêve d'une Maison, nos clients nous choisissent mais nous choisissons aussi nos projets sur la base de la faisabilité. En effet, un projet qui n'avance pas n'a pas beaucoup d'intérêt et est démobilisant. Nous aimons les projets qui pulsent et réussissent en quelques semaines. 

 

 

#10 Coût.

Choisir sur les honoraires ne doit être que le dernier critère...cependant, sont-ils abordables et justifiés ?

 

Le coût d'un chasseur ne doit jamais être un critère important. C'est même le dernier critère à regarder après les neuf autres. Mais pourquoi payer 2,3 ou 5% pour un service s'il peut être plus efficace pour moins cher. Souvent en effet, le coût élevé des chasseurs traditionnels vient du faible taux de transformation et de la faible vélocité des projets.

Chez Je Rêve d'une Maison, les honoraires sont de 1,5 % du prix du bien, soit 2 à 3 fois moins qu'un chasseur traditionnel. Auxquels s'ajoutent 10% de la baisse de prix obtenue. Nos clients sont presque contents de nous rémunérer cette partie sur la baisse de prix ! 

 

 

Vous pouvez partager ce reportage à vos amis