À l'impossible nul n'est tenu ! Le meilleur chasseur du monde ne transformera jamais certains projets. Pourquoi ? Parce que, au-delà des raisons évidentes de budget et d'adéquation avec le marché, une chasse immobilière est avant tout une affaire de psychologie. "Connais-toi toi-même" disait Socrate. Voici 10 profils d'acheteurs qui, s'ils vous ressemblent, devraient, sans regrets, vous convaincre de NE PAS prendre un chasseur immobilier ! En toute bienveillance.

Chez Je Rêve d'une Maison, nos clients nous choisissent, mais nous choisissons aussi nos clients pour être sûrs que nous répondons à un vrai besoin et que le projet peut aller au bout sereinement et efficacement.
Alors, prêt(e) à faire le test... ?  "Je suis, je suis..."

1. Touriste immobilier 

Hantise des agents immobiliers comme des chasseurs, le touriste immobilier aime visiter par dessus tout. Déjeuner avec ses collègues ou ses amis n'a rien de comparable à une petite visite d'appartement entre midi et deux. Un week-end à la campagne ne se conçoit pas sans y caser une jolie longère ou autre maison typique du coin. Des vacances au soleil ne sont que des intermèdes de découvertes de mas provençaux à vendre. Quant à acheter, comment dire...

Phrase type : "Faut que je visite encore pour me faire une meilleure idée"  

 

2. "Control freak" 

Pour lui (ou elle), déléguer est une forme de violence inutile que l'on s'inflige quand on n'a pas le choix ! La confiance, oui, mais à petite dose... et "la confiance n'exclut pas le contrôle" (dixit Lenine). Aïe... Alors arrêter de surfer sur les sites, débrancher les alertes sur SeLoger et autres, ne plus appeler les agences et faire vraiment confiance à son chasseur, pas facile...

Phrase type : "J'ai vu cette annonce sur internet, pourquoi je ne l'ai pas dans la sélection ?" 

 

3. Indécis maladif

"Choisir, c'est renoncer" disait Gide. Autant avouer que, pour l'indécis maladif, c'est très compliqué. Il y a tellement de possibilités de villes ou de quartiers, de types de biens, de projets. Comment être sûr qu'il n'y a pas mieux ? Comment décider en une visite de faire une offre ? Comment avancer sans certitude qu'il n'y aura pas mieux demain ou ailleurs ! Comme l'âne de Buridan, l'indécis maladif ne passera jamais à l'acte et abandonnera souvent son projet par peur de choisir. 

Phrase type : "Si on attendait encore un peu, on peut peut-être avoir mieux, non ?" 

 

4. "Off market victim"

Plus qu'un service d'aide à l'achat, ce que recherche l'aficionado du "off market", c'est l'accès à un canal exclusif de biens cachés. Pour lui, c'est sûr, les biens les plus intéressants sont ceux qui ne viennent jamais sur Internet. Adepte de la pensée magique, s'il ne trouve pas son bonheur, ce n'est pas parce que son projet n'est pas faisable, qu'il n'est pas assez réactif ou qu'il ne cherche pas avec les bons critères, c'est juste qu'il n'a pas les bonnes connexions ! Alors, s'il faut passer par un chasseur comme on prend une carte VIP à un club, qu'à cela ne tienne ! 

Phrase type : "Envoyez-moi que le off market, le reste, c'est pas la peine"

5. Pierrot la lune

Lui est un rêveur, un peu déconnecté de la réalité du marché. Pas forcément pressé, pas forcément passionné, il n'a pas vraiment regardé ce qu'il peut avoir sur le marché ni bien dimensionné son projet et attend qu'on l'aide à savoir ce qu'il veut. Les recherches : oui, vaguement. Les visites : pas commencé. Financement : faudrait en parler à la banque. Un chasseur immobilier : pourquoi pas...

Phrase type : "Qu'est-ce que je peux avoir dans ces budgets-là ? " 

 

6. "Prixaumètrecarréomane"

Pour lui (car c'est souvent plus une histoire de chromosome Y que X), une recherche d'appartement, c'est avant tout une affaire de prix au mètre carré. Abonné au site des notaires, acheteur des marronniers immobiliers dans les magazines, il a la carte des prix de MeilleursAgents dans ses favoris d'ordinateur et son grand truc, c'est de ne dépasser un prix psychologique au m2. Peu importe si rien n'est vraiment comparable d'un bien à l'autre selon la surface, la localisation, les prestations et qu'un bon achat soit multifactoriel. 

Phrase type : "Je ne veux pas dépasser 10 000 €/m2 à Paris" 

 

7. L'homme invisible

Pour lui (ou elle), rien n'est plus important en théorie que son projet immobilier, mais quand il s'agit d'être disponible pour une visite, tout est toujours très compliqué ! Toujours surbooké, en voyage, en réunion ou pas joignable, chaque opportunité intéressante aura déjà reçu 5 offres au prix avant d'avoir pu même en parler avec son chasseur. 

Phrase type : "Je vous rappelle tout à l'heure mais là ça va être compliqué cet après-midi pour la visite"

8. Chercheur d'or

Pour le chercheur d'or, un projet immobilier est une affaire de patience. Parfaitement au clair sur ses critères de projet, souvent limité à quelques rues géographiquement, peu importe s'il n'y a rien sur le marché qui corresponde pour le moment. Cela viendra bien un jour comme la pépite au fond du ruisseau ! En fait, ce qu'attend le chercheur d'or d'un chasseur ne diffère pas vraiment des habitudes de l'agent du coin : qu'il aille frapper aux portes, voir les gardiennes d'immeuble, démarcher les notaires pour trouver LE bien, plus qu'un conseil ou un accompagnement. 

Phrase type :"Je ne suis pas pressé, je sais exactement ce que je veux et je peux attendre" 

 

9. En thérapie de couple 

Souvent, un projet immobilier est une affaire de couple. Se mettre d'accord sur l'urgence, sur les critères géographiques, les prestations et le budget n'est déjà pas simple. Mais quand l'un cherche et que l'autre rabroue, cela peut devenir très tendu ! Alors, parfois, avouons-le, un chasseur peut faire beaucoup pour externaliser le problème et jouer son vrai rôle de conseil objectif, de tiers de confiance. Trouver le bon compromis sans rapport de force, sans gagnant ni perdant et sans manipulation. Mais la psychologie et le tact ne pourront résoudre des désaccords de fond ou des manques de communication dans l'intimité des couples.  

Phrase type :"J'ai besoin que vous m'aidiez à convaincre mon(a) conjoint(e) !"

10. Chasseur amateur 

Lui (ou elle, car c'est souvent une affaire de chromosome Y) s'est trompé de métier et rêve d'être chasseur immobilier ! Son plaisir : surfer sur internet, dénicher des pépites, actionner des réseaux d'amis, appeler les agents. Ses moyens : une bonne connexion, un smartphone... et du temps, beaucoup de temps. Un chasseur : ben si c'est gratuit...

Phrase type : "Que faites-vous de plus que moi ?"

 

Chez Je Rêve d'une Maison, nous choisissons nos projets et nos clients car chaque projet de chasse est une aventure humaine. C'est une co-production basée sur de la confiance, du respect et de l'efficacité. Quand un projet va au bout, c'est une source incroyable de satisfaction partagée avec nos clients. Mais, comme dans la vie, cela ne marche pas à tous les coups. Maintenant, nous savons pourquoi ! 

Vous pouvez partager ce reportage à vos amis